Atelier Résonance du vendredi 12 juin 2020

Rendez-vous ce vendredi 12 juin, de 18 à 23h (dernier atelier de la saison 2019-2020).

Par mesure de sécurité, on va poursuivre les activités à distance.

Voici comment devrait se dérouler la soirée :

  • de 18 à 19h : accueil des participants et conseils pour se connecter à Muble, Jitsi et Jamulus
  • à partir de 19h, présentation du titre qu’Eamonn a choisi de nous faire découvrir : FINNEAS – Let’s Fall in Love for the Night
  • Eamonn expliquera comment lier des effets sonores tels que le compresseur ou le gate dans une « side-chain » pour, entre autres, faire ce que l’on appelle du « pumping »
  • vers 21h, exemples sonores à l’appui, nous passerons en revue la variété de styles issus de la scène club et des radios pirates londoniennes
  • on discutera aussi de l’opportunité d’organiser un stage pendant vacances
  • en fin de soirée, on ira faire le boeuf sur Jamulus avec des musiciens venus de tous horizons.

Résonance est une plateforme d’échange. Vous êtes invités à y partager vos expériences, vos connaissances et vos envies.

À vendredi 🙂

Sounds of the UK dance underground

L’apparition d’une scène « dance underground » date de la fin des années 80. Une nouvelle musique séduit la jeunesse britannique lors du Summer of Love de 1988, avec les raves, la consommation d’une drogue de synthèse appelée Ecstasy et l’émergence de nombreuses radios pirates. C’est une musique construites avec des samplers, des synthés et de boîtes à rythmes. Voici une vidéo qui donne un aperçu de l’ambiance des fêtes organisées en dehors des clubs de centre ville, dans des hangars abandonnés ou en plein champs : Acid / House Mix 1988.

Ce joyeux mélange de TB-303 – la marque du son acid – de scratchs, voix soul, basses profondes et samples de toutes sortes sera particulièrement fécond au Royaume-Unis, pays sous influences à la fois du hip-hop américain et des harangues des MC des sound-sytems jamaïcains. Cette musique ne cessera de se développer ensuite et de se diversifier dans de multiples genres dont nous allons tenter de donner un aperçu.

Quelques noms marquants, quelques figurent tutélaires, surplombent le mouvement. D’un point de vue théorico-pratique, il y a le fameux manuel « How To Have A Number 1 The Easy Way« , manifeste non dénué d’humour écrit par les membres de KLF qui consacre l’abandon des grands studios et le passage à l’air des productions individuelles réalisées à la maison. Les KLF ont par ailleurs produits d’excellents morceaux dont certains ont effectivement atteint le n°1 dans les charts, ce qui donne une solide assise à ce traité plein d’ironie.

Alors que le rock et la pop ronronnaient en répétant des schémas éprouvés, les artistes les plus féconds de cette génération allaient investir la « dance music », encore largement en dehors de l’emprise des « majors » et territoire où pouvaient se mener toutes sortes d’expérimentations. Parmi les disques qui se distinguent du lot, en voici 3 qui ont tout de suite eu une influence considérable. Dès la première écoute, pas de doute possible, on pouvait identifier un son, un style, une manière de construire les morceaux qui faisait toute la différence avec ce que l’on avait pu entendre jusqu’alors. Ce sont :

« What’s That Noise? » de Coldcut, avec les titres People Hold On et Stop This Crazy Thing

« Into The Dragon » de Bomb The Bass, alias Tim Simenon, avec Say A Little Prayer et On The Cut

« Club Classics Vol. One » de Soul II Soul, avec Back To Life et Keep On Movin’

UK Hardcore, Jungle, Drum&Bass (depuis 1990)

La Jungle et la Drum&Bass ont représenté un tournant radical. Avec l’utilisation des sub-bass s’ouvrait une expérience sensorielle inédite qui reposait sur la qualité et la puissance du sound-system. Le déluge de percussion qui s’y fait entendre était rendu possible par le nombre quasi infini de pistes de batterie que l’on pouvait empiler dans les logiciels de montage audio disponibles sur PC.

Quelques titres marquants :

Higher Sense : Listen Up

Goldie : Innercity Life

4Hero : No Limitation

UK Garage, 4×4, Speed Garage, 2Step, Niche, Bassline (depuis 1996)

Quelques titres marquants :

Double 99 – RIP Groove

Daryl B. et MJ.Cole : Free Breath sur le label V.I.P.

DSK : what would we do ?

DubStep (depuis 1998)

Le dubstep est un style plus sombre et lent qui accompagne l’émergence du Grime, un genre de rap anglais fortement teinté d’électronique dont Skepta et Dizzee Rascal sont les artistes emblématiques.

Une des premières compilations à populariser le style est celle de 2007 du label Soul Jazz Records : Box Of Dub 1 – Dubstep And Future Dub

On y trouve Burial, artiste phare avec Kode9 du label Hyperdub, qui produit le titre Archangel sur l’album Untrue, également en 2007.

UK Funky (depuis 2008)

Croisement de house, garage et rythmes africo-caraïbéens, très influencé par la soca de Trinidad, le style est défendu par les Crazy Cousinz qui produisent des titres comme ceux-ci :

Donae’o – Party Hard

Kyla – Do You Mind

Malika – Go

Depuis il ne semble pas vraiment y avoir eu de nouveau style issu de l’underground britannique. Tout se passe comme si l’innovation s’était déplacée ailleurs, dans des pays émergents qui prennent une place plus importante sur la scène culturelle mondiale. Voir l’article de DJ magazine le 26 février 2020 : UK club music is evolving – but how?